Projetez-vous 10 ans dans le futur. Vos romans sont en librairies.

Projetez-vous 10 ans dans le futur.

Imaginez ceci…

Projetez-vous 10 ans dans le futur. Des souvenirs remontent à la surface de votre mémoire. Un jour, vous avez pris le risque…

Il fait soleil. Confortablement assis sur la véranda de la maison de vos rêves, vous m’avez invitée pour un café. Nous sommes ensemble, nous discutons, puis l’interview débute. Vous avez des papillons dans l’estomac, vous êtes nerveux, mais fier de votre réussite.

 » Si un jour on m’avait dit que je serais romancier ! J’en suis à plus de 8 romans publiés. C’est formidable. Il y a 10 ans, j’aurais traité de fou quiconque aurait osé me dire que je deviendrais auteur !  »

 » Êtes-vous fier de vous ?  »

 » Bien sûr que oui ! Je me lève chaque matin en me pinçant ! Je n’en reviens pas encore. Je suis fier de ce que j’ai écrit et j’espère avoir fait une petite différence dans l’esprit de tous ceux et celles qui m’ont lu. Être lu est la plus grande récompense d’un auteur.  »

 » Comment vous est venue l’envie d’écrire ?  »

 » J’ai eu une idée… j’avais des expériences personnelles à partager. Une histoire me hantait et j’ai pris le risque de la coucher sur papier. Je me suis ensuite décidé à transformer ces notes en roman. Puis, j’ai eu envie de partager mon histoire et je suis partie à la recherche d’un éditeur. Je me suis demandé qu’est-ce qui me retenait d’écrire un livre et de le faire publier. En réalité, c’était moi qui ne croyais pas en mon projet. Mon entourage y croyait plus que moi !  »

 » Aviez-vous déjà rêvé de devenir un auteur publié à plus de 100 000 exemplaires ?  »

 » Comme la plupart des nouveaux auteurs, j’en rêvais, mais je n’y croyais pas vraiment. Malgré les commentaires positifs de mon entourage, j’avais de la difficulté à me projeter dans l’avenir en tant qu’écrivain. Puis, au fil du temps, j’ai compris que la joie de partager mes écrits combinés au plaisir d’écrire passait avant toute chose. D’étape en étape, mon rêve s’est matérialisé. Parce que l’industrie de l’édition est un monde difficile d’accès, ma persévérance m’a bien servi.  Écrire ressemble parfois à un acte de foi. Écrire , répandre son imaginaire à travers des chapitres semble
parfois si mystérieux…  »

 » Certains écrivains ne se rendent pas jusqu’au bout de leur rêve. Ils s’enlisent dans un schéma de pensées négatives. Ils n’imaginent pas le jour où leur roman sera publié. Écrire un roman devient alors une corvée quotidienne. Qu’avez-vous à leur conseiller ?  »

 » Être frustré ne mène nulle part. Il faut essayer de comprendre pourquoi vos manuscrits sont rejetés. Il ne faut pas avoir peur de demander conseil. Il y a toujours une raison à tout. Si un écrivain désire terminer un roman et être publié, il lui faut du courage et de la détermination. Oui, je suis conscient que plusieurs romanciers ne voient jamais leur rêve se réaliser. C’est dommage. Cela me semble si familier… Je suis passé par là ! Heureusement qu’il existe des formations formidables sur le sujet.  »

 » Quelle est votre méthode de travail lors de l’écriture de vos romans ?  »

 » D’abord, je n’aime pas le mot TRAVAIL. Écrire un roman ne doit pas être un travail, mais doit devenir un moment libérateur ou personne ne peut intervenir. L’imaginaire prend alors toute la place et les mots s’envolent. Lorsque je m’installe pour écrire mon roman, je m’isole. Je m’assure de créer un environnement favorable à l’inspiration. Je m’entoure d’objets qui concernent mon histoire ou de choses qui me sont familières, apaisantes. Pour moi, il est crucial de fermer mon ordinateur lors de l’écriture du plan. Je préfère me concentrer sur papier, m’inspirer d’encyclopédie ou de fait du quotidien. Je m’assure que ma bulle de rêve ne soit pas percée…  »

 » Qu’avait vous trouvez le plus difficile lors de l’écriture de vos romans ?  »

 » C’est tout bête, mais une fois lancé, j’ai trouvé difficile d’écrire un seul roman à la fois.  »

 » Qu’aimez-vous le plus de votre métier de romancier ?  »

 » Écrire des romans me permet de changer des vies à travers mes écrits. J’aime imaginer des gens tenant un de mes romans entre leurs mains et s’abreuver de mes mots, de mes histoires.  »

 » Merci beaucoup de votre disponibilité.  »

 » Merci à vous de m’avoir aidé à écrire un roman.  »

Voilà. Vous détournez le regard vers l’horizon marin qui longe votre domaine. Vous vous sentez bien, heureux et calme. Vous aviez un rêve et vous avez fait le nécessaire pour qu’il se réalise.

Entrevue fictive réalisée dans un futur rapproché entre vous et moi.

Formation Comment écrire un roman : http://www.conseilspourecrireunroman.com/index.htm

Entrevue fictive réalisée dans un futur rapproché entre vous et moi.

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0 (from 0 votes)

Je suis de bonne humeur.

Je suis de bonne humeur. Oui, j’ai presque terminé un premier tome d’une série de 7. À cause de raisons de santé, mon projet a duré plus longtemps que prévu. À présent, j’en suis à 600 pages et je considère que j’ai fait le tour du sujet. Il sera bientôt temps de passer au second.

Voici comment l’intrigue débute :

À une époque reculée, quelque part sur le bord d’une falaise une chapelle est détruite. Un objet glisse au fond des mers. Plusieurs centaines d’années plus tard, près du lit de sa grand-mère mourante, mon héroïne se voit remettre une clé… ici débute une série d’aventures palpitantes qui mèneront mon équipe d’aventuriers à travers trois pays afin de dénouer l’intrigue et de retrouver l’objet de la quête…

Je ne vous en dis pas plus pour l’instant.

J’ai très hâte de partager ce roman avec vous. J’en brûle d’impatience. En plus d’arriver à la fin de mon roman, aujourd’hui est un grand jour pour moi puisque j’ouvre officiellement une boutique en ligne !

N’étant pas très « techno » ceci représente un pas-de-géant dans l’évolution de ma petite entreprise. Je tenais à souligner l’événement avec vous.

La boutique contiendra tous nos produits numériques sauf les livres vendus à notre centre : lulu.com/spotlight/lagriffonniere

Afin de commémorer ce jour unique, voici également une offre unique. Que diriez-vous de recevoir nos conseils pour moins de 30 euros ?

Offre de lancement de la boutique : 50% sur tous les produits jusqu’au 17 avril 2014.

Coupon : LANCEMENT2014 sur le nouveau site : http://la-griffonniere.myshopify.com/

Le printemps approche et je me sens pousser des ailes.
Je vous souhaite bon succès dans votre écriture.

Lucy
La Griffonnière de manuscrits

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0 (from 0 votes)

Pardonnez mon absence… J’écris un roman !

Votre manuscrit a pris la poussière ?

 Écrire un roman… sans limites !

Pardonnez mon absence… J’écris !

Vous avez suivi des formations pour un roman ? Vous avez acheté des livres, des conseils, des astuces… Vous avez essayé, puis vous avez manqué de courage pour écrire un roman ? Laissez-moi deviner… Au début, votre motivation était claire. Vous deviez voir votre histoire sur les tablettes des librairies. Vous avez alors commencé à écrire un roman et fait lire les premières pages par vos proches qui se sont empressés de vous conseiller de le terminer ? Puis, risquant le tout pour le tout, au début quotidiennement, puis à chaque semaine pour terminer par un week-end par mois à temps perdu. Votre roman, ou plutôt votre manuscrit a pris la poussière, et votre enthousiasme aussi.

Souvenez-vous d’une chose :  votre seule limite c’est vous.

Quels sont vos buts d’écrire ? Combien de romans planifiiez-vous d’écrire ? Quels thèmes allez-vous aborder ? Après leur écriture, quelle est votre stratégie personnelle pour aider votre éditeur à vendre votre roman ? Avez-vous ouvert un dossier pour chacun (pour y noter vos idées), effectuez des recherches sur le sujet et fixez une date butoir ? Toutes ces étapes sont essentielles à votre projet d’écrire un roman. Si une seule réponse à ces questions n’est pas encore trouvée, alors pourquoi ?

Vous êtes la seule personne qui puisse vous priver du bonheur d’écrire un roman. 

Beaucoup de gens vont faire comme vous. Ils se trouvent des excuses : manque de temps, les enfants, le travail, les tâches ménagères, et j’en passe. Beaucoup de gens n’atteindront jamais leur plein potentiel. Pourquoi ? Chacun de nous aura une réponse différente à cette question, mais un seul mot teintera toutes les phrases : J’ai peur de…

J’ai peur de délaisser mon conjoint, de ne pas être là pour les enfants, d’être trop aspiré par mon roman et de mettre ma vraie vie de côté. J’ai peur qu’un proche se reconnaisse dans mes personnages, qu’on m’oblige à faire des conférences, de devenir une personne publique. J’ai peur d’être critiqué, reconnu, jugé. J’ai peur qu’on se moque de moi, peur de faire des fautes, peur du jugement. J’ai peur du succès quoi !

La seule personne qui peut vous venir en aide, c’est vous.

Commencez par préparer une liste de toutes les excuses possible vous empêchant d’écrire un roman. Ensuite, indiquer des solutions.

  • Faire des fautes : trouver un correcteur.
  • Pas d’idée valable : effectuer des recherches, discuter avec des amis.
  • Peur du succès : Acheter un livre de développement personnel.

Lorsque vous empêchez les idées noires d’entrer dans votre esprit, de magnifiques opportunités se présentent à vous. Je le sais, je le pratique et ça fonctionne. Il est dans la nature des choses d’attirer à soi ce à quoi on pense. Vous pensez ne pas être un écrivain, alors c’est dans la poche, vous n’y parviendrez jamais. Cessez votre lecture ici. Sachez ceci : la chance est attirée par les pensées positives.

Soyez créatif, imaginez-vous en train de signer des dédicaces, de répondre aux questions de vos lecteurs, de sourire à votre éditeur.

Les gens négatifs qui râlent constamment attirent à eux des accidents, des gens malhonnêtes, des problèmes et ils passent à côté d’une multitude d’opportunités sans en avoir conscience. En tant qu’écrivain en herbe, si ce que vous désirez vraiment est de terminer l’écriture d’un roman, vous pouvez vous prendre en main. Des idées de romans planent autour de vous… Des paragraphes géniaux que vous seul saurez écrire sont à votre portée. Bien entendu, vous devez ouvrir votre esprit et vous voir en tant qu’auteur de romans. Vous devez avoir le goût de visualiser votre corps en train d’écrire un roman. Vous devez sentir la plume entre vos doigts.

Les grands écrivains de ce monde ont tous un point en commun. Ils ont acquis une attitude mentale positive. Ils n’ont pas eu peur d’écrire un roman, de le faire parvenir à un éditeur, de demander des conseils ou de se faire des amis dans le monde littéraire.

Vous pouvez écrire un roman si vous pensez que vous en êtes capable et si…

Vous pouvez écrire un roman si vous savez écrire, si vous avez une idée et si vous avez accès à un ordinateur ou à l’ensemble papier/crayon. Mais il vous manque encore un ingrédient essentiel : vous devrez passer à l’action !

Je peux bien vous donner mes trucs et astuces durant des jours, l’effort final d’écrire un roman devra venir de vous. Lorsque vous planifiez d’écrire un roman, la première étape devra être celle de trouver du temps pour écrire.

Le bonheur d’écrire un roman se retrouve dans l’acte d’écrire et non dans l’attente de devenir riche qui est la plupart du temps décevante. L’argent ne fait pas le bonheur, mais la reconnaissance de ceux qui vous liront, si.

Nous sommes plusieurs à espérer un style de vie supérieur à ce que nous avons actuellement. Nous rêvons tous en cachette de devenir un écrivain célèbre. J’insiste. Commencez par écrire votre roman avec d’autres aspirations en tête comme : avoir du plaisir en écrivant, ou divertir les adolescents, ou avoir fait un truc important dans ma vie, ou avoir un loisir créatif, ou …

Une fois que vous aurez trouvé vos vraies raisons d’écrire un roman, l’envie d’écrire viendra d’elle-même. Vos buts se clarifieront d’eux-mêmes. Le plaisir d’écrire un roman est l’aventure de quelques années et non seulement une destination.

Écrire un roman ce n’est pas l’affaire d’un seul individu.

Comme tout autre projet de vie, écrire un roman c’est l’affaire d’un groupe de gens. Votre famille en priorité, qui devra comprendre vos besoins de solitude pour écrire. Aucun humain sur terre, même le plus sûr de lui, ne pourra confirmer qu’il sait tout faire par lui-même. Tous les écrivains, ont besoin d’être entouré dans leur processus d’écrire un roman. La coopération est essentielle à la réussite. Il vous faudra un éditeur, un distributeur, un correcteur, un réviseur, un graphiste, etc. Et, le plus important, une famille compréhensive. Personne ne possède suffisamment de connaissances, d’expérience et d’habilité pour devenir un écrivain sans obtenir l’aide de différents intervenants.

 

Astuce :

Il est humain de désirer des autres ce qu’on leur apporte.

Une manière intelligente d’entrée en contact avec le monde littéraire serait de vous procurer le roman d’un auteur faisant partie de la maison d’édition que vous projetez d’approcher pour faire publier votre roman. Vous pourrez ensuite lui donner votre avis, vos remarques sur la qualité de ces impressions et sur le choix de ses auteurs. Pourquoi vous limitez à cela ? Envoyez aussi un petit mot d’appréciation à l’auteur lui-même. Il sera enchanté de faire votre connaissance et de recevoir vos remarques concernant son travail.

La nature est ainsi faite, elle a horreur du vide. Lorsque vous offrez quelque chose de positif (comme des compliments), la vie vous en enverra en retour.

Sur la grande route de la vie, un homme, un jour, a écrit sa vie en dessinant sur les murs d’une grotte. Le lendemain, un second a gravé l’histoire de son peuple dans la pierre. Vous, qu’allez-vous écrire ?

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 9.0/10 (3 votes cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: +2 (from 2 votes)